Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autour de

Autour de

Je vous propose de voir mes photos dans des reportages photos. Nature, Promenades, Fêtes, Expositions ....


Mémoire Rupestre Les roches gravées du Massif de Fontainebleau

Publié par Lemenuisiart sur 7 Juillet 2017, 16:01pm

Catégories : #fontainebleau, #Île de- France, #Néolithique, #archéologie, #préhistoire, #presse, #C'est grâce à vous

Mémoire Rupestre Les roches gravées du Massif de Fontainebleau

Exposition du 26 novembre 2016 au 12 novembre 2017
MÉMOIRE RUPESTRE
Les roches gravées du Massif de Fontainebleau

Du 26 novembre 2016 au 12 novembre 2017, le musée départemental de Préhistoire d’Île de-
France propose une exposition artistique et archéologique sur les gravures rupestres du Massif de Fontainebleau qui vous emmèneront sur les traces de vos ancêtres.

2 000 gravures rupestres au coeur du Massif de Fontainebleau

Depuis plusieurs années, le Groupe d’Études de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre dresse l’inventaire de ces abris gravés et en a répertorié environ 2000 sur l’ensemble du Massif de Fontainebleau. Ces roches gravées, en plein coeur de la Seine-et-Marne, restent toutefois assez méconnues. Mésolithiques (vers 9500 - 5100 avant J.-C.), ces motifs abstraits gravés dans le grès d’abris rocheux intriguent tant par leur forme que par leur situation dans des cavités ou sur des surplombs difficiles d’accès.

Une diversité insoupçonnée jusqu’à ce jour

Récemment, des personnages stylisés associés à d’autres motifs – comme des haches polies – datés du Néolithique (Ve-IVe millénaires avant J.-C.) ont été découverts sur des menhirs et des rochers en plein air. Enfin, d’autres gravures relèvent de périodes plus récentes : des représentations humaines et animales très schématiques. Un trésor inestimable !

Une mise en valeur signée Emmanuel Breteau

Le musée départemental a ainsi fait appel à Emmanuel Breteau, photographe, pour réaliser une série de clichés en noir et blanc de ces gravures qui permettront aux visiteurs de découvrir cet art rupestre original. Auteur de plusieurs livres de photographies, d’expositions, Emmanuel Breteau se passionne pour l’art rupestre préhistorique dans l’arc alpin et collabore régulièrement avec des archéologues, ethnologues et historiens. Parallèlement à l’exposition de photographies, le musée présentera les résultats des recherches archéologiques menées sur les gravures attribuées aux périodes les plus anciennes. Un catalogue des éditions Xavier Barral accompagnera l’exposition. Les photographies seront complétées d’articles de spécialistes et d’un texte de l’écrivain Jean Rouaud. Un document d’aide à la visite sera offert à chaque visiteur. Enfin, tout au long de l’année 2017, le musée proposera une programmation en lien avec l’exposition : visites guidées, conférences, projection-débat, spectacle de danse, journées portes-ouvertes.

Villeneuve-sur-Auvers (Essonne) « La Butte du Puits », abri sous roche dit le Trou du Sarrazin Site protégé par les Monuments Historiques depuis 1972 Vue d’ensemble de l’abri. Petite cavité entièrement gravée de sillons et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

Villeneuve-sur-Auvers (Essonne) « La Butte du Puits », abri sous roche dit le Trou du Sarrazin Site protégé par les Monuments Historiques depuis 1972 Vue d’ensemble de l’abri. Petite cavité entièrement gravée de sillons et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

INTERVENANTS ET PARTENAIRES

Exposition réalisée par le musée de Préhistoire d’Île-de-France
Département de Seine-et-Marne :
• avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France
- Ministère de la Culture et de la Communication
EN PARTENARIAT AVEC :
• Le Groupe d’Études, de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre (GERSAR) ;
• La Galerie HorsChamp, Sivry-Courtry (Seine-et-Marne) ;
• Act’art.

Commissaire de l’exposition :
Anne-Sophie Leclerc, conservatrice du Patrimoine,
responsable du Musée de Préhistoire d’Île-de-France
Département de Seine-et-Marne
Photographies : Emmanuel Breteau
Scénographie : Xavier Marocco, directeur artistique Galerie HorsChamp
Réalisation et montage de l’exposition :
Jean-Luc Rieu, Yann Emery et Delphine Tuzi, service des publics,
Christophe Devilliers et Jérôme Lelièvre, service technique,
Daniel Simonin, archéologue, chargé des collections,
Corinne Petit et Marie-Pierre Boutin, secrétariat, Musée de Préhistoire d’Île-de-France
Département de Seine-et-Marne.
Olivier Taché, Direction des Systèmes d’Information, Département de Seine-et-Marne.

Avec la collaboration de :
Alain Bénard, président du GERSAR, chercheur associé à l’UMR 7041, ArScAn – Ethnologie
préhistorique. MAE (Nanterre)
Serge Cassen, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire de recherches archéologiques UMR
6566, Université de Nantes
Documentaires :
Céline Letournel, vidéaste, Galerie HorsChamp

2. Milly-la-Forêt (Essonne) « Coquibu », la Grotte du Cavalier Anthropomorphe associé à des quadrillages et des sillons. Photo Emmanuel Breteau.

2. Milly-la-Forêt (Essonne) « Coquibu », la Grotte du Cavalier Anthropomorphe associé à des quadrillages et des sillons. Photo Emmanuel Breteau.

EMMANUEL BRETEAU, PHOTOGRAPHE

EMMANUEL BRETEAU A GRANDI À CORBEIL-ESSONNES ET VIT AUJOURD’HUI
DANS LE TRIÈVES EN ISÈRE.

Sa passion de la montagne l’a conduit à travailler sur le monde rural alpin. Il aime photographier les gens en s’immergeant dans leur univers, comme en accompagnant les éleveurs ovins pour 8 jours de transhumance ou encore en partageant le quotidien d’une équipe de bûcherons slovaques dans le Vercors. Un long travail sur le pastoralisme l’a conduit à s’intéresser aux graffitis de bergers en alpage, puis il découvre en même temps l’existence de milliers de gravures protohistoriques. Fasciné par le sujet, c’est en collaboration avec les archéologues qu’il entreprend de parcourir pendant une dizaine d’années les vallées des Alpes françaises, suisses et italiennes pour dresser un panorama de l’art rupestre alpin, tout en mettant au point une technique de prises de vues nocturnes. Ce travail a suscité de nombreuses rencontres et collaborations avec les archéologues, historiens, ethnologues et chorégraphes. Ses images ont donné lieu à des expositions et à des livres comme « Roches confidentes »1, ou « Roches de mémoires. 5000 ans d’art rupestre dans les Alpes »2. Aujourd’hui, Emmanuel Breteau revient dans sa région natale, qu’il connaît bien mais qu’il n’avait pas encore photographiée. Riche de son expérience, il a su mieux que quiconque capter les reliefs de ces étranges gravures du Massif de Fontainebleau. C’est une très belle série de photographies en noir et blanc qu’il offre au regard du visiteur ou du lecteur, averti ou non averti, peu importe, dans le cadre de cette exposition et du livre qui l’accompagne.

(1) Nathalie Magnardi (textes), Emmanuel Breteau (photographies) - Roches confidentes. Dessins et témoignages gravés de la vallée des Merveilles au Moyen Âge à nos jours. Marseille, Images En Manoeuvres Éditions, 2005.
(2) Emmanuel Breteau (Photographies et coordination) - Roches de mémoire. 5000 ans d’art rupestre dans les Alpes. Paris, Éditions Errance, 2010.

Noisy-sur-École (Seine-et-Marne) « La Ségognole », abri sous roche. Cervidé. Photo Emmanuel Breteau.

Noisy-sur-École (Seine-et-Marne) « La Ségognole », abri sous roche. Cervidé. Photo Emmanuel Breteau.

LE SYNOPSIS DE L’EXPOSITION

L’exposition « Mémoire rupestre » se répartit sur deux étages. Elle commence dans le hall d’entrée avec une présentation des données archéologiques connues à ce jour et se poursuit au premier étage dans la salle d’exposition temporaire où sont présentées les photographies d’Emmanuel Breteau.

Une photographie grandeur nature

D’emblée, en entrant, le visiteur est attiré par la photographie grandeur nature d’un rocher que l’on devine gravé de motifs singuliers. Cette salle, consacrée aux recherches archéologiques en cours dans le Massif de Fontainebleau, introduit l’exposition de photographies du premier étage et donne des clés pour en apprécier les contenus. Après une brève présentation du massif forestier et de sa géomorphologie particulière, on aborde les caractéristiques principales de l’art rupestre de Fontainebleau. Le visiteur découvre ensuite qu’il existe au moins une gravure datant du Paléolithique, que la majorité de cet art rupestre remonterait au Mésolithique (9500 – 5100 avant J.-C), période correspondant aux derniers chasseurs cueilleurs de la Préhistoire, au moment où nos régions se couvrent de forêts. Puis, le visiteur apprendra que les gravures énigmatiques du grand rocher appartiennent à un répertoire iconographique spécifique à la vallée de l’Essonne, qui lui-même à des affinités avec les mégalithes bretons du Morbihan et des liens avec les Alpes du Sud. Le fil conducteur de tout ceci : la hache polie. Nous sommes au Néolithique, aux alentours de 4700 avant J.-C., au sein d’un univers bien éloigné de celui des chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire.

Plongez en immersion dans une grotte

La suite de l’exposition change de registre. On passe d’une démarche scientifique à une approche artistique. On pénètre dans l’intimité des abris sous roche avec les photographies en noir et blanc d’Emmanuel Breteau présentées dans une salle obscure. On y découvre des signes abstraits mais aussi des silhouettes humaines ou animales, des figures schématiques, de possibles symboles, des motifs de toutes périodes.

Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne) « La Vallée du Jeton », abri sous roche Sillons très profonds et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne) « La Vallée du Jeton », abri sous roche Sillons très profonds et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION
MÉMOIRE RUPESTRE. Les roches gravées du Massif de Fontainebleau.

Photographies Emmanuel Breteau, textes de Victor Avenas, Alain Bénard, Serge Cassen, Colas Guéret, Anne-Sophie Leclerc, Jean Rouaud, Daniel Simonin, Gilles Tosello, Boris Valentin. Paris, édition Xavier Barral,
2016, 178 p. (prix : 35 €). Ouvrage réalisé sous la direction d’Anne-Sophie Leclerc, conservatrice du Patrimoine, responsable du musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France.

UNE PRÉFACE DE L’ÉCRIVAIN JEAN ROUAUD

Connu, et reconnu, en 1990, pour avoir obtenu le prix Goncourt pour son roman « Les Champs d’honneur » (édité aux éditions de Minuit), Jean Rouaud a, depuis ce premier livre, produit une oeuvre riche, poétique et diversifiée, qui occupe une place essentielle dans la littérature contemporaine : un cycle romanesque fondé sur l’histoire de sa famille, un cycle autobiographique qu’il nomme « La vie poétique », mais aussi des pièces de théâtre et des essais, ainsi que des manifestes volontiers polémiques. Il tient une chronique hebdomadaire dans le journal « L’Humanité ». Ce qui est sans doute moins connu, c’est son intérêt pour la Préhistoire et, en particulier, pour les artistes des grottes ornées (1) ; un intérêt fort logique car il rejoint l’un des axes majeurs de son oeuvre : le geste créateur. Animé d’une sensibilité très singulière, il aime se glisser dans l’esprit des hommes d’autrefois et excelle à nous faire ressentir ce qu’ils sont susceptibles d’avoir éprouvé face à une nature à la fois hostile et bienveillante. C’est la raison pour laquelle il a été invité dans cet ouvrage à nous livrer ses propres réflexions sur ces roches gravées de signes énigmatiques.
(1) Rouaud J. – Préhistoires. Gallimard, 2007, 88p. (coll. folio).

LES AUTEURS

Victor Avénas est chef de projet à l’ONF (Office National des Forêts) de Fontainebleau. Il gère l’accueil du public et coordonne les démarches visant à obtenir le label « Fontainebleau, Forêt d’Exception ». Alain Bénard est président du Groupe d’Études, de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre (GERSAR) et chercheur associé à l’UMR 7041, ArScAn – Ethnologie préhistorique. MAE (Nanterre). Spécialiste de l’art rupestre du Massif de Fontainebleau, il est l’auteur de nombreux articles et d’une synthèse portant sur l’art rupestre de Fontainebleau intitulée : Symboles et mystères. L’art rupestre du Sud de l’Île-de-France (Arles, Éditions Errance, 2014).
Serge Cassen est directeur de recherche au CNRS (Laboratoire de recherches archéologiques UMR 6566, Université de Nantes). Spécialiste du Néolithique ancien de la façade atlantique et du phénomène mégalithique breton, il a fouillé – entre autres nombreux sites - la célèbre « Table des Marchands » à Locmariaquer (Morbihan). Il s’intéresse plus particulièrement aux représentations symboliques gravées sur les mégalithes, notamment à celles de Gavrinis qu’il revisite pour les réinterpréter à la lumière des nouvelles découvertes.
Colas Guéret est post-doctorant, rattaché à l’UMR 7041, ArScAn – Ethnologie préhistorique. MAE (Nanterre). Tracéologue, il est spécialiste de l’outillage lithique mésolithique.
Daniel Simonin est archéologue et chargé des collections au musée de Préhistoire d’Île-de-France (Nemours). Il a effectué des fouilles de sites néolithiques, de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer dans le Gâtinais.
Gilles Tosello exerce le double métier d’artiste et de chercheur. Il mène des recherches sur l’art préhistorique et publie régulièrement des articles sur le sujet. Il travaille dans des grottes majeures comme Chauvet-Pont d’Arc en Ardèche et Marsoulas dans les Pyrénées. En 2013-2015, il a été chargé, dans le cadre de « la Caverne du Pont d’Arc » (la réplique de la grotte Chauvet) de reproduire les peintures les plus célèbres, comme le Panneau des Chevaux et celui des Lions.
Boris Valentin est professeur des universités en archéologie préhistorique. Il enseigne à l’Université Paris 1.
Spécialiste de la fin du Paléolithique récent et du Mésolithique, ses recherches portent plus particulièrement sur le mode de vie des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs en Europe occidentale (XIVe-VIe millénaire avant J.-C.), en particulier dans le Bassin parisien et au Proche-Orient.

Fontainebleau (Seine-et-Marne) « Le Mont Aiveu », abri sous roche Personnage tridactyle et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

Fontainebleau (Seine-et-Marne) « Le Mont Aiveu », abri sous roche Personnage tridactyle et quadrillages. Photo Emmanuel Breteau.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

DES VISITES GUIDÉES :

Une fois par mois le dimanche après-midi, des visites guidées seront proposées aux visiteurs. Pour les dates, se renseigner auprès du musée ou consulter son site internet.

DES CONFÉRENCES :
• « Quand les hommes parlaient aux dieux. Mythes et symboles des graveurs du mont Bego à l’âge du Bronze. »

VENDREDI 27 JANVIER 2017 à 20h Conférence de Pierre Machu, Conservateur en chef du Patrimoine au Ministère de la Culture. Sur réservation.

• « Les gravures de la vallée du Côa (Portugal), une facette originale de l’art paléolithique. »

VENDREDI 24 FÉVRIER 2017 à 20h Conférence de Georges Sauvet, professeur honoraire, chercheur au Centre de Recherche et d’Etude pour les Arts Préhistoriques (Toulouse). Sur réservation

• « Gravures rupestres préhistoriques dans les chaos gréseux du Bassin parisien. Étude, conservation et valorisation au moyen de l’imagerie 3D. »

VENDREDI 6 OCTOBRE 2017 à 20h Conférence de Boris Valentin, Professeur à l’Université
Paris 1. Sur réservation

• « De Michel-Ange à Banksy : la renaissance des murs peints »

VENDREDI 1ER DÉCEMBRE 2017 à 20h Conférence de Christian Pallatier, Historien d’art Sur réservation

UNE PROJECTION-DÉBAT : « L’énigme du Grand Menhir »

documentaire de Marie-Anne Sorba et Jean-Marc Cazenave, Production Fred Hilgemann Films (52 min.) MARDI 25 AVRIL 2017 à 20h, au cinéma le Méliès à Nemours Ce film a été primé par le Grand prix Paul Tournal du Festival du film documentaire 2016, lors des Rencontres d’Archéologie de Narbonne, en septembre 2016. Il relate les recherches menées par une équipe internationale, dirigée par Serge Cassen, directeur de recherche au CNRS, pour décrypter les signes mystérieux gravés sur des menhirs érigés il y a 7 000 ans. En présence des réalisateurs et de l’archéologue Serge Cassen. Pour tous. Entrée libre

WEEK-END MUSÉES TÉLÉRAMA

SAMEDI 18 MARS de 14h à 17h30 et DIMANCHE 19 MARS de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30
Visites guidées de l’exposition. Animations sur le thème de la gravure (se renseigner auprès du musée). Entrée et animations gratuites tout le week-end pour les porteurs du Pass Télérama.

UN SPECTACLE DE DANSE :

Dirigée par Marcelo Sepulvada, la Compagnie Tramaluna, en résidence au musée du 21 au 25 mars, va créer et présenter un spectacle inspiré des gravures des rochers du Massif de Fontainebleau. SAMEDI 25 MARS 2017 à 18h et 20h30 (deux séances du même spectacle) Cette création, mêlant danse, musique et images, évoquera les traces millénaires et contemporaines qui s’entrecroisent sur les roches gravées. Réservation conseillée

LA NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES

SAMEDI 20 MAI 2017, de 20h à minuit Installation de Light Painting Sonore, visite du musée
et de l’exposition Pour tous. Entrée libre

LES JOURNÉES NATIONALES DE L’ARCHÉOLOGIE

SAMEDI 17 JUIN de 14h à 17h30 et DIMANCHE 18 JUIN de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30
Visite du musée et de l’exposition en présence d’archéologues de l’Inrap Pour tous. Entrée libre

LES JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE

SAMEDI 16 SEPTEMBRE de 14h à 17h30 et DIMANCHE 17 SEPTEMBRE de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 Visite du musée et de l’exposition Pour tous. Entrée libre

INFORMATIONS PRATIQUES

DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE
MUSÉE DÉPARTEMENTAL DE PRÉHISTOIRE D’ÎLE-DE-FRANCE
48 avenue Étienne Dailly - 77140 Nemours
Tél. : 01 64 78 54 80 - Fax : 01 64 78 54 89
prehistoire@departement77.fr
Ouvert tous les jours sauf le mercredi matin et le samedi matin, de 10h à 12h30 et de 14h à
17h30, et jusqu’à 18h en juillet et août.
Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

DROITS D’ENTRÉE
Visiteurs individuels :
- Plein tarif : 5€ / Tarif réduit : 3€ (plus de 65 ans et de 18 à 25 ans)
- Gratuité : moins de 18 ans, étudiant jusqu’à 25 ans bénéficiaires des minimas sociaux, RSA, APA, CMU ,
de l’allocation d’adulte handicapé et leur accompagnateur, professionnels de la culture et du tourisme
(sur présentation de la carte professionnelle)
Groupes à partir de 15 personnes :
Gratuit : scolaires et étudiants, centre de loisirs, secteur social et du handicap
Autres groupes : 3 € / personne

CONFORT DE VISITE
Salles d’exposition et collections permanentes accessibles aux personnes à mobilité
réduite. Aide nécessaire pour les personnes en fauteuil roulant (pente supérieure
à 6%). Prêt de fauteuil roulant et de sièges-cannes. Toilettes adaptées.
Accueil et salle de conférence équipés en boucle magnétique pour personnes
malentendantes appareillées.
Parcours découverte des collections permanentes au moyen de 5 boîtes tactiles pour
personnes mal ou non voyantes.
Visites et animations adaptées sur réservation.

ACCÈS
• Route Départementale 607
• Depuis Paris (80km) : autoroute A6, en direction de Lyon, sortie 16, Montereau Fault sur Yonne /
Nemours.
• SNCF : au départ de Paris / Gare de Lyon, direction Montargis, arrêt Nemours – Saint Pierre.
Transport urbain de la gare jusqu’à 300m du musée / ligne 5 / arrêt Les Chaudins.

Buthiers (Seine-et-Marne) « La Vallée aux Noirs », la Grotte à la Hache Hache polie emmanchée et probable crosse obtenues par piquetage. Elles représentent des objets réels datant du Néolithique, et plus précisément du Ve ou du début du IVe millénaire avant J.-C. Photo Emmanuel Breteau.

Buthiers (Seine-et-Marne) « La Vallée aux Noirs », la Grotte à la Hache Hache polie emmanchée et probable crosse obtenues par piquetage. Elles représentent des objets réels datant du Néolithique, et plus précisément du Ve ou du début du IVe millénaire avant J.-C. Photo Emmanuel Breteau.

MUSÉE DÉPARTEMENTAL DE PRÉHISTOIRE D’ÎLE-DE-FRANCE

Ouvert au public en 1981, le musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France a été créé à l’initiative du Département de Seine-et-Marne. Il est implanté au pied d’un massif de grès proche de la forêt de Fontainebleau, dans un site où poussent des pins, des bouleaux, des mousses et des bruyères, et quiressemble au milieu naturel que connurent les derniers chasseurs-cueilleurs de la région. Investi d’une vocation régionale, le musée présente et met en valeur les collections et les données scientifiques de la Préhistoire et de la Protohistoire de l’ensemble de l’Île-de-France. Construit entre 1977 et 1979, le bâtiment est l’oeuvre de Roland
Simounet. Par sa forme et ses matériaux, il se fond dans l’univers minéral des chaos de grès environnants. Ses façades vitrées et l’organisation des salles autour de patios permettent un dialogue permanent entre l’architecture, les collections et le sous-bois. Protégé par la loi sur les monuments historiques, le musée bénéficie du label « Patrimoine du XXe siècle ». Lieu culturel ouvert et vivant, le musée de Préhistoire d’Île-de- France crée des passerelles salutaires entre le site, les collections et la création contemporaine sous toutes ses formes (arts plastiques, photographie, littérature, arts du spectacle, etc.) en associant les artistes d’aujourd’hui.
Musée de Préhistoire d’Île-de-France
48, avenue Étienne Dailly - 77140 Nemours
Tél. : 01 64 78 54 80
prehistoire@departement77.fr
Ouvert tous les jours sauf le mercredi matin et le samedi matin, de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 et jusqu’à 18h en juillet et août.
Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.
Nouveau, retrouvez-nous sur
f facebook.com/museedeprehistoireidf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

missfujii. 13/07/2017 08:54

ça doit être très intéressant, j'aime beaucoup l'affiche

lemenuisiart 24/09/2017 21:07

Et moi aussi

virjaja 08/07/2017 11:31

je découvre! bisous Christian. cathy

lemenuisiart 24/09/2017 21:08

Comme moi

Océanique 08/07/2017 10:05

Bonjour Christian
Ce que nous gravons sur papier voire même plus puisque bientôt virtuel ils l'ont gravé dans la roche et c'est arrivé jusqu'à nous !!! Belle leçon d'humilité
Bonne journée ensoleillée
Bises amicales

lemenuisiart 24/09/2017 21:08

C'est parfaitement dit

francine 08/07/2017 09:00

Bonjour, je ne connaissais pas l'existence de ces roches gravées à Fontainebleau, c'est passionnant, je te souhaite un bon week end, bisous

lemenuisiart 24/09/2017 21:08

Et pourtant ce n'est pas loin pour toi

Jean-Marc 08/07/2017 08:54

Trop loin mais ça m'intéresserait.

lemenuisiart 24/09/2017 21:08

Tu aurais raison

Sirius 08/07/2017 07:52

Intéressante découverte! Je ne savais pas que ce genre d'art avait existé en Région Parisienne.

lemenuisiart 24/09/2017 21:08

Moi aussi

manou 08/07/2017 07:49

Une belle expo pour ceux qui peuvent s'y rendre durant les vacances ou à l'automne...Le programme est intéressant. Merci Christian de nous en parler !

lemenuisiart 24/09/2017 21:09

je suis du même avis

Nell 07/07/2017 23:11

Comment ne pas être intéressé par cet alléchant programme. Les photos sont déjà sublimes. Merci , Christian et belle soirée

lemenuisiart 24/09/2017 21:09

je confirme

erato 07/07/2017 22:08

Je ne connaissais pas , c'est magnifique .Une exposition à voir absolument , merci pour toutes ces explications passionnantes.
Belle soirée Christian

lemenuisiart 24/09/2017 21:09

Pour moi aussi

Par chez moi 07/07/2017 20:54

Une expo à voir absolument ! Dommage je suis loin .
Bonne soirée
Françoise

lemenuisiart 24/09/2017 21:09

Oui loin

Martine 85 07/07/2017 18:27

J'aime beaucoup l'affiche de cette expo qui va intéresser ceux qui s'intéressent à la préhistoire. Beau week-end et à lundi ou mardi. Sans être en pause, Je serai en dilettante tout l'été sur les blogs.

lemenuisiart 24/09/2017 21:10

Moi aussi je l'a trouve très belle

Livia 07/07/2017 18:19

Ce doit être passionnant de voir cette mémoire rupestre !

lemenuisiart 24/09/2017 21:10

C'est sur

ZAZA 07/07/2017 18:04

Un billet très intéressant Christian. Bises et bonne journée

lemenuisiart 24/09/2017 21:10

Je l'espère

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents