Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autour de

Autour de

Je vous propose de voir mes photos dans des reportages photos. Nature, Promenades, Fêtes, Expositions ....


Château de Vaux-le-Vicomte 2019, une année tournée vers l’innovation

Publié par Lemenuisiart sur 5 Mars 2019, 07:37am

Catégories : #Vaux-le-Vicomte, #chateau, #jardin, #innovation, #presse, #C'est grâce à vous

(C)-Erwann-Maignan

(C)-Erwann-Maignan

En 2018, le Château de Vaux-le-Vicomte signe sa meilleure fréquentation depuis son ouverture au public il y a 50 ans. Le nombre de visiteurs a progressé de 8 %, en comparaison avec les 293 000 visiteurs de l’année 2017. C’est aussi la troisième fois que le seuil des 300 000 visiteurs est atteint, après les années 1989 et 2013.

Portée par l’anniversaire des 50 ans de son ouverture au public, la fréquentation du Château de Vaux-le-Vicomte a également été dynamisée par deux événements particulièrement fédérateurs auprès du public :
Les soirées aux chandelles, organisées de mai à octobre, attirant certains soirs plus de 2 000 visiteurs.
Vaux-le-Vicomte fête Noël, dont la treizième édition a réuni un nombre là-aussi record de 80 000 visiteurs (64 000 en 2017).
Les 317 061 visiteurs comprennent une importante part de visiteurs français (76,5%) et une part croissante de visiteurs venus de l’étranger (23,5 %).
2019, une année tournée vers l’innovation
En 2019, le Château de Vaux-le-Vicomte proposera deux nouveaux projets innovants à ses différents publics, avec l'objectif de consolider cet excellent chiffre de fréquentation :
- la création d’un parcours sonore en son 3D dès le mois de mai 2019 : c’est la première fois qu’une telle innovation technologique sera proposée dans un château en France. Deux parcours à destination des adultes et des familles, également proposés en anglais et en allemand, proposeront de revivre l’histoire de Nicolas Fouquet. Ce projet innovant et ambitieux a pour objectif de rendre l'Histoire de France plus vivante et plus accessible.
- l’installation d’une oeuvre d’art dans les jardins à la française en juin 2019 : à l’issue d’un appel à candidature initié en juillet 2018, une oeuvre d’art sera installée à la place des actuels buis du Parterre des boulingrins. Épousant les contours des actuels broderies de buis et reflétant le ciel et le château, celle-ci sera visible pour une durée de cinq ans.
En 2019, Vaux-le-Vicomte adresse aussi un message fort à ses visiteurs réguliers, en créant un pass annuel à 45€ (tarif adulte) et à 28€ (tarif enfant), leur permettant ainsi d’accéder au Château de manière illimitée, durant un an et pour l’ensemble des événements de la programmation.
Le Château de Vaux-le-Vicomte rouvrira ses portes le samedi 23 mars 2019 dès 10h.

Soirées aux chandelles Vaux-le-Vicomte 2017 Guillaume Gouilloux

Soirées aux chandelles Vaux-le-Vicomte 2017 Guillaume Gouilloux

CollectifImage Chandelles2015

CollectifImage Chandelles2015

Dès 2019, une création artistique remplacera les buis du
Château de Vaux-le-Vicomte

Le jardin de Vaux-le-Vicomte, oeuvre fondatrice des jardins à la française d’André Le Nôtre, est en passe de subir un changement inédit dans son histoire tricentenaire. Les buis du parterre des Boulingrins, âgés et malades, seront arrachés durant l’hiver 2019 et laisseront place à une oeuvre d’art éphémère, spécialement créée pour le domaine et choisie à l’issue d’un appel à candidatures initié en 2018. Avec audace et modernité, elle rendra hommage à l’art visionnaire du jardinier paysagiste du XVIIe siècle.

Un renouveau nécessaire des jardins
Des premiers signes de dépérissement des buis ont été constatés en 2010-2011, du fait de l’âge des végétaux – centenaires, d’un sol médiocre et des maladies fongiques causées par deux champignons, le Volutella buxi et le Cylindrocladium buxi. Suite à une attaque fulgurante et exceptionnelle de la pyrale (espèce de lépidoptères dont la chenille se nourrit de feuilles de buis) durant le printemps et l’été 2017, 70% des buis sont morts. La famille Vogüé, propriétaire du domaine, souhaite préserver ce joyau attirant chaque année plus de 300 000 visiteurs : elle a donc décidé de prendre les mesures nécessaires au remplacement de ses parterres.

Science et art au service des parterres de buis
Un comité scientifique s’est réuni en urgence en décembre 2017, à l’initiative de la famille Vogüé. Il est composé des membres suivants :
• Louis Benech, paysagiste
• Chantal Colleu-Dumond, directrice du Domaine de Chaumont-sur-Loire
• Nicole da Costa, directrice régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France
• Mirabelle Croizier, architecte du patrimoine, master jardins historiques, patrimoine etpaysage
• Valérie Duponchelle, grand reporter Arts au Figaro
• Maryvonne Pinault
• La famille Vogüé.
Il a entériné le fait qu’il n’était plus raisonnablement envisageable de sauver les buis des parterres des boulingrins.


Plusieurs années seront nécessaires (3 à 5 ans environ) pour que la communauté scientifique trouve une solution pour éradiquer les maladies et les ravageurs du buis et/ou s’accorde sur un végétal de remplacement.
Entre temps, et afin de présenter au public, pour la saison 2019 et les suivantes, des parterres dignes du chef d’oeuvre du XVIIe siècle, il a été décidé :
- d’organiser à l’été 2018 un appel à candidatures auprès d’artistes, paysagistes, designers (ou une équipe formée par plusieurs métiers) pour la création d’une oeuvre éphémère sur ces deux parterres.
- d’arracher tous les buis des deux parterres au sud du château en janvier 2019. À partir de cette date, les parterres seront recouverts de terre et délimités par la bande de gazon
actuelle.
Les grandes étapes du projet
Le comité scientifique s’est réuni en septembre et a pré-sélectionné les 5 projets répondant de la façon la plus complète à l’appel à candidatures. Ceux-ci s’inspirent des lieux et des métamorphoses successives des parterres depuis le XVIIe siècle.
Les projets d’oeuvres d’art, éphémères et innovantes, sont l’expression d’un dialogue entre l’architecture du château et celle du jardin en s’intégrant harmonieusement à l’ensemble paysager du domaine.
• 30 octobre 2018 : les 5 lauréats de la phase 2 doivent fournir des croquis, budgets, notes explicatives et échéanciers prouvant leur faisabilité.
• 19 novembre 2018 : le jury final composé de personnalités issues du monde de l’art se réunit afin de délibérer et de rendre une décision quant au projet retenu.
• Février et mars 2019 : arrachage des buis
• Printemps 2019 : résidence artistique et mise en place de l’oeuvre d’art. L’artiste lauréat bénéficiera d’une résidence au domaine de Vaux-le-Vicomte. Le dispositif rappellera celui mis en place par Nicolas Fouquet au XVIIe siècle : Le Vau, Le Nôtre et Le Brun bénéficiaient d’une résidence lors de la création de Vaux-le-Vicomte.
• 6 juin 2019 : inauguration de l’oeuvre. L’artiste bénéficiera d’une visibilité optimale durant les 5 années où sera présentée cette oeuvre.

(c)-Lourdel-Chicurel---light

(c)-Lourdel-Chicurel---light

Anges-et-broderies-de-Vaux-le-Vicomte----Milochau

Anges-et-broderies-de-Vaux-le-Vicomte----Milochau

Jardins-de-Vaux-le-Vicomte-Photo-Béatrice-Lécuyer-Bibal

Jardins-de-Vaux-le-Vicomte-Photo-Béatrice-Lécuyer-Bibal

Les parterres de buis du Château de Vaux-le-Vicomte


Quelques dates


• 1656-1661 : création des premières broderies de buis de Vaux-le-Vicomte par André Le Nôtre
• 1923 : le paysagiste Achille Duchêne recrée des broderies de buis sur ces parterres (précédemment remplacés par des pelouses) en s’inspirant de l’oeuvre de Le Nôtre.
Quelques chiffres
• 22 m de large X 110 m de long : dimensions de chacun des deux parterres. Le projet
total s’étendra donc sur presque un demi hectare.
• 180 000 pieds de buis répartis sur les deux parterres
• 200 000 € : budget total pour la création de l’oeuvre artistique
• 5 ans : durée de mise en place de l’oeuvre artistique

Casque parcours sonore ©Narrative

Casque parcours sonore ©Narrative

Un nouveau parcours sonore immersif au Château de Vaux-le-Vicomte

Une immersion dans l’histoire de Nicolas Fouquet

Vaux-le-Vicomte fut le fruit de l’esprit visionnaire et passionné de Nicolas Fouquet, alors surintendant des finances du jeune roi Louis XIV. Pour établir sa demeure, il s’adjoignit les services de trois célèbres artistes du Grand Siècle : le jardinier-paysagiste André Le Nôtre, l’architecte Louis Le Vau, et le peintre-décorateur Charles Le Brun. Unis par un génie fraternel, ils réalisèrent ensemble un lieu emblématique des arts du XVIIe siècle. Dès son inauguration, Vaux-le-Vicomte devint le modèle d’une harmonie parfaite entre ensemble paysager et architecture dont l’Europe entière s’inspira.
Grâce au voyage sonore spatialisé, qui sera lancé en mai 2019, le Château de Vaux-le-Vicomte poursuit son rôle de pionnier culturel en proposant un nouvel outil de visite.
Cette technologie permet de créer un univers sonore entièrement naturel, où les sons sont en trois dimensions. Elle s’inscrit dans la démarche à long terme de la famille Vogüé, propriétaire du château, de le rendre accessible au plus grand nombre de visiteurs. Ce dispositif, créé avec la société narrative, sera déployé pour la première fois dans un château en France.

NICOLAS FOUQUET EN QUELQUES DATES
1641 : Nicolas Fouquet achète le domaine de Vaux. Il se fait nommer « Vicomte de Vaux » et s’entoure d’André Le Nôtre, Charles Le Brun et Louis Le Vau.
1651 : Nicolas Fouquet épouse en secondes noces Marie-Madeline de Castille.
1653 : Nicolas Fouquet devient surintendant des finances de France : il tente très difficilement de rééquilibrer les finances du royaume.
4 mai 1661 : le roi Louis XIV décide de faire arrêter Nicolas Fouquet.
17 août 1661 : Nicolas Fouquet donne une réception somptueuse en l’honneur du roi et en présence de la cour. Vatel en est le maître d’hôtel, Molière et Lully créent une comédie-ballet pour la fête.
5 septembre 1661 : arrestation de Nicolas Fouquet, accusé de malversations, sur ordre du roi.
1662-1664 : procès de Nicolas Fouquet pour péculat et lèse-majesté. Il est condamné au bannissement, mais le roi utilise son droit de grâce pour aggraver la peine : il est emprisonné à vie.
23 mars 1680 : Nicolas Fouquet, âgé de 65 ans, décède dans la prison de Pignerol.
1705 : à la mort de leur fils, la veuve de Nicolas Fouquet vend le domaine de Vaux-le-Vicomte à un prestigieux chef de guerre de Louis XIV : le Maréchal de Villars.
Le parcours sonore immersif plonge le visiteur au coeur de l’Histoire, qui prend vie grâce aux sons : les personnages historiques s’éveillent et s’animent autour de lui. Le visiteur est invité à découvrir les moments épiques de la vie de Nicolas Fouquet et de la création de Vaux-le-Vicomte, immergé dans une pièce de théâtre sonore. : la mort de Mazarin, le complot ourdi par Colbert et Louis XIV contre Fouquet, la
somptueuse fête avec Molière, La Fontaine et Vatel, l’arrestation de Fouquet par d’Artagnan, le procès, etc. Les scènes suivent le parcours de visite habituel à l’intérieur du château.

Parcours sonore, Grand Salon ©Narrative

Parcours sonore, Grand Salon ©Narrative

Une innovation technologique : l’expérience immersive en son spatialisé

Les balises détectent le «narrateur» connecté (voir lexique) dès l’entrée du visiteur dans une salle et déclenchent la scène correspondante. Le visiteur est ainsi embarqué dans un voyage sonore (immersif) dans le Grand Siècle pendant une heure, sans interruption. Grâce à cette expérience technologique, le visiteur entend également l’ambiance sonore autour des personnages : les chuchotements des convives, les froissements des costumes, les bruits de vaisselles, les claquements de portes, les sonneries des pendules...
700 casques seront mis à disposition gratuitement à l’entrée du château, afin de satisfaire les 300 000 visiteurs annuels accueillis sur le domaine.

LEXIQUE
Le son binaural, ou son 3D, est une technologie qui permet de créer un univers sonore entièrement naturel, où les sons sont spatialisés : ils viennent de devant, de derrière, de la droite ou de la gauche. Le son binaural diffère du son stéréo (2 sources spatialisées) par une approche 360° : il simule l’écoute humaine pour reproduire un son naturel.
Les casques : les casques acquis par le domaine sont tous de la marque française FOCAL, garante de la qualité Haute Définition du son.
Le «narrateur» : petit lecteur audio connecté aux balises HF, diffusant le récit sonore
Les balises HF : radio-transmetteur déclenchant les scènes du narrateur.

Un projet audacieux de démocratisation culturelle

« Nous sommes convaincus que la découverte du Château de Vaux-le-Vicomte en son 3D est un excellent moyen de transmettre l’Histoire à tous les publics, et particulièrement à ceux qui sont éloignés de l’offre culturelle. Il est essentiel de mettre en place des initiatives destinées à des publics variés. » indique Ascanio de Vogüé, Directeur Général et co-propriétaire du domaine de Vaux-le-Vicomte.
Le château prend vie grâce à deux parcours sonores, adaptés au plus grand nombre :
-Le parcours adultes, «L’Affaire Fouquet», est écrit par Xavier Maurel et décliné en 3 langues (français, anglais, allemand). Il plonge le visiteur au coeur des grandes heures du château, retrouvant dans l’intrigue Nicolas Fouquet, Louis XIV, Le Nôtre, Vatel...
-Le parcours jeunesse, «La fabuleuse histoire de Vaux», est écrit par Timothée de Fombelle et décliné en 2 langues (français, anglais). Ici, les enfants découvrent le château accompagnés par Jean de La Fontaine, l’ami de Fouquet, et Panache, un écureuil volant, génie (imaginaire) du domaine...
Les scènes, vivantes et ludiques, permettront de rendre accessible à tous l’histoire du château et ainsi de soutenir l’une de ses principales missions : la transmission de l’Histoire et l’accès à l’art. Timothée de Fombelle écrivain du parcours spatialisé jeunesse :
«Il fallait une part de magie, une part d’imaginaire pour pouvoir tisser ce fil de l’histoire. Pour cela, j’ai choisi comme narrateur Jean de La Fontaine, qui est le grand ami de Nicolas Fouquet, et un grand esprit de ce lieu ; et un personnage imaginaire, un petit écureuil volant, qui s’appelle Panache. Je pense que c’est lui qui va accueillir les enfants, qui va les emmener dans l’histoire et les aider aussi à la prendre au sérieux.»

Réalisation et tournage de ce dispositif inédit

Les auteurs, Xavier Maurel et Timothée de Fombelle, ont tous deux été en résidence à Vaux-le-Vicomte, afin de s’inspirer des lieux. L’écriture est ici non seulement pensée pour un parcours itinérant, mais également pour un son tridimensionnel. Le château devient le décor de sa propre histoire : les visiteurs «rencontrent» les personnages historiques venus à Vaux.
30 acteurs de différentes nationalités ont prêté leur voix pour le tournage du parcours sonore 3D, dont trois acteurs de la Comédie Française : Michel Vuillermoz (Molière), Benjamin Lavernhe (Louis XIV) et Laurent Stocker (Jean de La Fontaine).
15 figurants en tenue ont également participé au tournage sur place pour reconstituer les bruits de pas, de froissements de dentelles et d’ambiance…
Chaque parcours et chaque langue ont été tournés directement sur place afin de restituer l’acoustique du château : les voix des personnages résonnent sur les boiseries et les tentures. Ainsi, le visiteur est immergé dans la même ambiance sonore que celle dans laquelle il se situe : les personnages évoluent autour de lui, dans le même espace. Les bruitages (feux de cheminée, feu d’artifice, arrivée du carrosse, etc), également enregistrés au château, ont été ajoutés au montage.
Les musiques du parcours jeunesse sont des compositions originales. L’expérience adulte est ponctuée de musiques baroques du XVIIe siècle et XVIIIe siècle, extraites du catalogue d’enregistrements de l’ensemble Les Talens Lyriques (Couperin, Lully, Forqueray...), dirigé par Christophe Rousset (Label Aparté Little Tribeca & Naïve).
«C’est un projet hyper enthousiasmant, qui est une vraie expérience nouvelle !» Benjamin Lavernhe, de la ComédieFrançaise, incarne la voix du roi Louis XIV pour le parcours adulte en français.
Voir l’interview de Benjamin Lavernhe sur https://youtu.be/avEJTOsiCko
«Le parcours jeunesse à Vaux-le-Vicomte est un voyage à travers le temps, une traversée du temps de Nicolas Fouquet et du temps de la construction de ce château», Timothée de Fombelle, écrivain du parcours jeunesse.

Tournage du parcours sonore ©Narrative

Tournage du parcours sonore ©Narrative

Tournage parcours sonore ©Narrative

Tournage parcours sonore ©Narrative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
superbe photo
Répondre
L
Voilà un château que j'aurais aimé visité, mais voilà l'occasion n'est jamais venue...
Ce château est magnifique, de nuit comme de jour !
Merci de ce joli partage.
Merci aussi de ta visite sur mes pages, c'est vrai que je suis encore nouvelle sur la blogo...
Tant que je prendrais du plaisir à partager, mais aussi des lecteurs et des commentaires qui boostent, je continuerais à publier !
A bientôt et bonne soirée
Répondre
L
Il y en a toujours du plaisir pour moi
P
Je connais ce château car il est situé pas très loin de chez moi et j'ai eu l'occasion de le visiter, mais en pleine journée.Il faut être bien chaussé car le tour des jardin et du parc est relativement long à faire.Ce château est magnifique j'y retournerai.Bonne soirée@lain
Répondre
L
oui mais c'est une belle balade
D
une authentique merveille
Répondre
L
Je confirme
D
Merci pour ce magnifique reportage très complet.
Bon mercredi, mi pluie, mi soleil ... avec un peu de vent.
Comme moi, pas trop bien.
Bisoux, cher christian.
Répondre
L
Très bien
M
j'ai voulu y aller dernièrement (j'étais pas loin) mais il n'ouvre qu'en avril...J'irai donc d'ici quelques mois ,il y aura bien ds choses à découvrir, d'autant que je n'y suis jamais allée.Merci pour la pré-visite^^
Répondre
L
C'est bien
M
De jour comme de nuit, c'est magnifique
Répondre
L
Les photo le montre bien
C
Bonsoir,
Nicolas Fouquet faisait de l'ombre au roi, il devenait nécessaire de l'évincer.Un château qui inspira Versailles. Dommage pour les buis, mais cela devient inévitable, c'est pareil pour les platanes et les ormes.

Beau reportage.
Bonne soirée
@mitiés
Répondre
L
Hé oui
O
Bonjour d’Angers …
J’ai visité mais ton reportage/diaporama me donne envie d’y retourner ...
Déjà à cette époque y'avait un petit Nicolas qui piquait dans la caisse ...
Bonne journée ... Amicalement ... ¢ℓαυ∂є …
Répondre
L
Comme c'est bizarre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents