Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autour de

Autour de

Je vous propose de voir mes photos dans des reportages photos. Nature, Promenades, Fêtes, Expositions ....


Réunion de la filière apicole avec le préfet

Publié par Lemenuisiart sur 13 Juin 2023, 10:03am

Catégories : #apiculteur, #abeille

C’est dans le local de l’USAR qu’a eu lieu une réunion pour parler des graves problèmes que subissent les apiculteurs en ce 12 juin.

La sécheresse touche les agriculteurs et on en a bien parlé, mais l’apiculture beaucoup moins. C’est pour cette raison, qu’une réunion a eu lieu avec le préfet Rodrique Furcie , la présidente de la chambre d’agriculture Fabienne Bonet, le chargé de mission de la chambre de l’agriculture George Yeu, Le chef du service nature, agriculture er forêt de la DDTM Frédéric Ortiz, Conseillère régionale et présidente de la commission agriculture Judith Carmona ainsi qu’une conseillère de la commune d’Ille sur Têt. Pour l’USAR, le président Daniel Boubel, le trésorier André Huguet et Marc Parayre membre du bureau.

Une réunion s’est tenue dans une grande écoute, et sans doute quelques réponses viendront dans les délais. La première partie a été de parler des apiculteurs depuis la création du syndicat en 1922, des apiculteurs toujours plus nombreux d’un côté, mais avec une grosse chute des professionnels. Aujourd’hui, cet organisme regroupe 200 apiculteurs dont 30 sont professionnels pour 9 000 ruches dans notre département. À ce titre, l’Usar organise la défense de l’abeille, des événements, dont la fête des miels à Saint Michel de Llotes, la formation, des stages, de l’accompagnement, du développement et de la sensibilisation dans les écoles par exemple.

Ensuite, les problèmes classiques comme le frelon asiatique dans le département, le problème des traitements phytosanitaires, le varroa… Les problèmes climatiques comme la sécheresse de l’absence de fleurs, mais il y en a d’autres. La plantation d’arbres mellifères ou de plantes. Le respect de l’activité et bien d’autres encore. Pour les problèmes plus financiers, on a le repeuplement du cheptel avec la mortalité et une ruche qui ne trouve pas de fleurs s’appauvrit et devient à risque, sans oublier les attaques des frelons qui déciment les ruchers, les produits phytosanitaires et la liste est encore longue. Il faut des aides spécifiques comme les apiculteurs l’ont demandé surtout que la majorité de la récolte ne vient pas des champs de céréales, mais de la garrigue. Pour les apiculteurs, sur les 9 dernières années, on décompte 5 calamités. Celle de 2022 est en cours, la perte est très importante allant jusqu’à 80 %. Cela oblige le changement des circuits de transhumance avec la recherche de nouveaux sites. Nouveau site avec le problème des tarifs imposés par l’ONF ainsi que les accès. Les pertes obligent aussi l’achat pour le repeuplement. Ils demandent aussi d’assurer que les agriculteurs respectent pour les traitements pour les zones arboricoles, que les élus plantes des arbres comme du tilleul, chênes… Ainsi que la participation dans la lutte contre le frelon. N’oublions pas, la chute de la production qui est passé de 18 kilos à 3, provoque de graves problèmes financiers et la mise en difficulté pour les jeunes. Par ailleurs, ils ont donné l’info que la miellerie coopérative d’Ortaffa a failli fermer. Il faut des aides exceptionnelles si on ne veut pas que des drones pollinisent les plantes à défaut de nos abeilles. Cela devient urgent !

Tout à la fin.

Tout à la fin.

La table ronde.

La table ronde.

Région, chambre, préfecture ...

Région, chambre, préfecture ...

Les apiculteurs.

Les apiculteurs.

Le préfet.

Le préfet.

Réunion de la filière apicole avec le préfet
Apprendre le fonctionnement de la ruche.

Apprendre le fonctionnement de la ruche.

Le préfet regarde la ruche vivante.

Le préfet regarde la ruche vivante.

Un nid de frelon et des pièges toujours en exposition.
Un nid de frelon et des pièges toujours en exposition.

Un nid de frelon et des pièges toujours en exposition.

Petite histoire : une presse coupable, le grand journal a fait une erreur coupable, une erreur de chiffre, la perte est de 15 kilos et les apiculteurs n'en récupèrent que 3. Sauf qu'en une, le journal parlait de 15 kilos, ce chiffre est haut et ne mérite pas d'aide. Sauf que ce chiffre a été pris en compte par la DDTM, plus que les dossiers. Alors, la date est dépassée pour les aides (soit 6 mois).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents